•  (voir les photos de notre périple) Dominique Lamacque et Isabelle Reydet-Rousselet, accompagnées de 3 ados Aïda,  Benji et Fanny sont partis de Casablanca  le 29 octobre afin d'inaugurer 3 fontaines et de descendre une pompe immergée financée par l'Association Djebelya. Cette pompe est destinée à l'unique puits du douar Agrd Noualous de 70 habitants à 25 km d'Igherm. Nous avons tous été accueillis chez Brahim, un instituteur à l'origine du projet. En effet, la pompe actuelle est sous-dimensionnée et ne fonctionne qu'épisodiquement. Nous souhaitons tous (et en particulier les habitants du Douar !) que cette pompe soit opérationnelle pour l'Aïd, sous réserve de la disponibilité de l'électricien et du plombier pour les raccordements et... de trouver 3 000 Dh supplémentaires pour... compléter l'installation en place.

    Idéalement, un bon geste de l'ONE avec la pose de 2 poteaux en bois, 80 m de fil électrique et un boitier électrique serait top pour le douar d'Agerd afin de raccorder la pompe au réseau et éviter d'alimenter le générateur actuel en gasoil...

    la classe de Brahim accueille nos 3 ados ! Après un après-midi des ados à l'école de Brahim où ils ont travaillé avec les enfants, nous avons été visiter les écoles dont les fontaines ont été financées par l'Association Djebelya et dont la réalisation a été suivie par Med Hilali de l'association Amis des Ecoles.

    Nous avons donc été sur Igherm pour visiter une école qui accueille 70 enfants sur la route de Talioune à Aniloul après 4 km de piste. Ils ont désormais de l'eau grâce à la fontaine que nous avons pu financer grâce à l'implication de nos partenaires.

    Ensuite, direction Igherm à l'école Houzali qui accueille plus de 350 élèves. Les enfants sont heureux !!!

    Enfin, l'école de Ouarmdaz (40 enfants) à 5 km d'Igherm sur la route de Tata pour voir la dernière fontaine financée par l'association Djebelya. Mohamed Haitsi, instituteur, nous accueille et nous remercie.

    Beaucoup d'émotion et de joie pour chacun d'entre nous.

    Nous remercions ici, au nom de tous ces enfants, de leurs directeurs d'écoles et instituteurs,
    au nom des habitants du douar d'Agerd,
    les entreprises et les particuliers qui ont accompagné les projets solidaires de l'association Djebelya.

    Actions solidaires Actions solidaires Actions solidaires Actions solidaires Actions solidaires


    votre commentaire
  • Lundi 25 juillet - étape finale : départ en kayak de FindeqLundi 25 juillet - étape finale : kayak + natation sur un parcours Fnideq / Cabo Negro Lundi 25 juillet - étape finale : natation pour finir vers Cabo NegroLundi 25 juillet - étape finale : kayak + natation sur un parcours Fnideq / Cabo NegroLundi 25 juillet - étape finale : kayak + natation sur un parcours Fnideq / Cabo NegroLundi 25 juillet - Mounir finaliste !Lundi 25 juillet - Arnaud finaliste ! Lundi 25 juillet - étape finale : kayak + natation sur un parcours Fnideq / Cabo Negro 

    Mounir raconte...

    "Réveil a 6h. La bataille avec les moustiques a tenu toutes ses promesses.
    Transfert vers Findeq à 7h.
    L'équipe Redbull est là pour filmer le départ.
    Les conditions de vent et de mer sont IDOINES (pour une fois).

    Départ en Kayak à 8h03. Quelle précision !
    On avance plein cap sur le Cap de cabo negro (Rocher).
    Le Kayak glisse bien et nous sommes très contents.
    Aucun bateau, aucun jet ski en vue. Calme absolu si ce n'est le clapotis de nos rames sur l'eau.
    Des petits dauphins (marsouins) viennent à notre rencontre. Certains passent sous le kayak. Nous sommes heureux.

    A 11h23, nous arrivons, après 2 petites pauses, au niveau du rocher après avoir parcouru 22km. Le bateau n'est pas encore là.

    On avance avec le Kayak pour repérer le point de départ et notre cap pour la dernière étape à la nage.

    On continue à ramer pour ne pas nous refroidir en faisant des aller-retours jusqu'à ce que notre bateau arrive enfin.
    Le GPS d'Arnaud indique un total km parcourus en Kayak de 30km. Pas mal...

    On attache le kayak et on monte sur le bateau pour récupérer nos affaires de natation.

    On plonge et une seule chose compte maintenant : l'arrivée à cabo negro !
    On avance vite. L'eau est limpide.

    Le point d'arrivée est facile à repérer grâce à l'arche de redbull.

    Tout le monde est là pour nous accueillir sur la plage : la famille et les amis ...

    La Djebelya Grand Raid 2011, C'EST FINI..."

    Lundi 25 juillet - étape finale : Mounir et Dominique radieux à Cabo Negro

     Ils sont partis à 8h de Fnideq en kayak vers Cabo Negro. Le bateau accompagnant a perdu leur trace vers 13h mais les a retrouvé au large du cap de Cabo Negro....

    C'est devenu une habitude de perdre le kayak en mer sur la Djebelya... mais les pilotes Mounir et Arnaud assurent, tant en orientation qu'en navigation !

    L'arrivée à la nage sur Cabo est imminente, une fois le kayak récupéré...

    Cette étape marque la fin de la Djebelya Grand Raid, démarrée à Tarfaya le 28 juin dernier (départ de Casa le 26 juin de l'équipe gagnante et de ses accompagnants amis, famille).

    Au terme de près d'un mois de course d'endurance en 24 étapes, par des températures élevées (jusqu'à 50° !) et en enchainant kayak, VTT, treck montagne, VTT, treck désert, VTT, équitation, kayak, natation, Mounir Essayegh et Arnaud Mollaret réussissent leur pari fou d'aller d'une mer à l'autre à travers le Maroc en utilisant des moyens de locomotion propres, accompagnés et soutenus par leurs amis et familles.

    Ils ont également participé, sur tout le parcours avec leurs proches, à des opérations de solidarité, coordonnées par Amis des Ecoles. Près de 1 000 cartables et équipements scolaires ont ainsi été distribués au bénéfice des enfants d'écoles situées en milieu rural.

    Aujourd'hui, lundi 25 juillet, nous sommes au terme de cette superbe aventure où deux coureurs sportifs et volontaires ont remporté leur grand défi, tout en faisant profiter leur entourage des magnifiques paysages de 13 grandes régions du Maroc.

    Un grand bravo à :

    • Mounir Essayegh et Arnaud Mollaret, initiateurs et vainqueurs du "défi fou" de la Djebelya Grand Raid 2011,
    • Dominique Lamacque, Catherine et Yann Lebeau (et leurs enfants !) pour la logistique et l'intendance, Isabelle Reydet-Rousselet pour la communication,
    • Momo et Solange (organisateurs de la rando équestre Djebelya et responsables de la Ferme Equestre de Dar Bouazza)
    • Patrick (CRIT), Valérie Cohen et leurs enfants,
    • Georges-Alain et Valérie Loufrani qui ont assuré notre sécurité en Méditerranée,
    • Mohamed Belkaab (ami et cuisinier émérite sur certaines étapes...)
    • Mohamed et Mustapha pour la bonne humeur, la sécurité et l'intendance,
    • aux équipes de Redbull et de la chaine 2M qui ont accompagné la Djebelya sur de nombreuses étapes avec gentillesse et bonne humeur, parfois dans des conditions difficiles,
    • à tous ceux qui ont acheté des KM Djebelya pour nous aider,
    • aux ados qui ont accompagné la Djebelya, particulièrement Mehdi Essayegh et Benji qui ont été les seuls à terminer le treck désert aux côtés de Mounir et Arnaud...
    • à nos partenaires officiels ONMT et FRMSPT qui nous ont fait confiance et nous ont soutenus depuis le lancement du projet 2011,
    • Foods&Goods, m2m Group, CRIT, Ain Ifrane (nous avons eu de l'eau excellente sur tout le parcours !), Dalia (les pâtes ont été un moteur pour tous au fil des bivouacs !), Petrom (son carburant nous a permis d'aller de l'avant tout au long des 2 400 km....), Accastillage Diffusion, Kitea, Master Nautique (le kayak offert à la Djebelya aura navigué sur 2 mers !!!), Ferme Equestre (responsable de la partie équitation de la Djebelya, CAFC,... qui nous ont soutenus financièrement, moralement,
    • nos amis de la gendarmerie royale marocaine qui nous ont accompagnés, encouragés et sécurisés avec beaucoup d'efficacité et de gentillesse sur tout le parcours de la Djebelya Grand Raid, de Tarfaya à Cabo negro,
    • aux gouverneurs, pachas, caids, mokkaddems, douars, écoles et associations... qui ont accueilli, accompagné, invité ou orienté la Djebelya Grand Raid

     


    1 commentaire
  • Mounir raconte...

    "En ce 24 Juillet, reveil matinal.

    Les chevaux ont eu une nuit un peu agitée. Ils savent qu'ils ont rempli généreusement leur contrat et que c'est le jour de leur retour.

    Alors qu'on s'apprêtait à prendre le petit déjeuner, un enfant du douar nous ramène un panier plein de Mssemmen ! Tout le monde se régale.

    Momo est en contact avec le camion des chevaux qui devrait arriver à Ksar Sghir vers 13h. Nous avons tout notre temps.

    J'en profite pour faire un peu d'escalade sur des blocs de roches au dessus de la source. Au sommet, la Méditerranée et en face l'Espagne.
    Le vent est fort et la mer pleine de "moutons" (petites vaguelettes au large synonymes d'agitation en mer)...

    10h : Après avoir abreuvé les chevaux, on entame la descente vers le lieu de RV avec le camion (2 camions en fait) qu'on atteint vers midi.
    Chargement des chevaux et émotion garantie pour tous les cavaliers qui doivent se séparer de leurs montures. Chacun l'exprime à sa façon...
    Fin de l'opération et départ des camions sur Casa-Dar Bouazza à 14h 30.

    Le temps passe. Le vent ne tombe pas.Avec Arnaud, on espère que les conditions seront meilleures demain.

    Déjeuner à Ksar Sghir à 15h puis départ vers le bivouac à l'Auberge la Ferma à Cabo Negro.

    Franck, propriétaire de l'auberge que nous connaissons de longue date, nous reçoit avec beaucoup de sympathie.

    Derniers réglages des épreuves du lendemain : départ en Kayak prévu à 8h de Fnideq vers Mdiq.

    C'est Dominique qui nous transférera avec le matériel. RV avec le bateau d'assistance vers midi entre le port et le cap de cabonegro. Nage vers Cabonegro pour une arrivée vers 14h.

    Nos amis Georges-Alain et Valérie Loufrani viennent nous rendre visite au bivouac. Ce sont eux qui nous assisteront avec leur bateau demain.

    Le plan est approuvé par TOUS.

    Il ne nous reste plus qu'à passer une bonne nuit de sommeil pour être frais et dispos pour les épreuves de demain...

    Sauf que l'armée de moustiques qui sévit sur place ne semble pas du même avis !..."


    votre commentaire
  • La nuit a été un peu bruyante à cause du chantier du barrage Anjra, situé juste a côté du bivouac.

    Carte a la main, nous étudions, Momo et moi les difficultés de l'étape et le meilleur itinéraire. 
    Le Mokaddem, qui était à côté de nous, n'a pas besoin de carte pour nous orienter !
    Nous prenons note des noms des douars à traverser.
    Tout le monde en selle, Arnaud en VTT, prend le départ.

    4 heures non stop, jusqu'à Taghramt. On a allongé le parcours de 7km à cause d'un choix d'itinéraire mais sans aucun regret de l'avis de tous, tellement les sentiers sont touffus par moment !
    Ce n'est pas l'Amazonie mais presque. Seule fausse note, on débouche sur une énorme carrière juste avant Taghramt. Passage pénible dans la poussière et entre les camions qui font un bruit d'enfer après le calme absolu des collines traversées !

    Notre Mokaddem Abdellah est au rendez-vous pour nous escorter vers le Douar Mansour.
    Il a tout de suite compris que nous étions très pressés de retrouver le calme et des paysages moins "apocalyptiques" !
     
    Abdellah connaît la région comme sa poche. Il nous fait prendre un sentier et nous revoila en symbiose totale avec la nature.
    Même les chevaux pensent la même chose.

    A 16h, une cote bien raide. Aida est presque au bord de la crise de nerf mais elle est aguerrie - elle a fait la Mongolie à cheval pour rappel.
    Pause casse-croute dans un bois de pins. Tout le monde récupère a l'ombre.

    Le décollage est difficile mais la motivation du repos du soir l'emporte.
    Téléphone a la main, Momo et moi coordonnons avec la caravane, car cette fois le bivouac est réellement difficile à trouver !
    Yann est allé jusqu'au barrage de Oued Rmel mais en vain car l'accès est impossible pour le camping-car.

    Finalement, c'est à coté de la source Teir Ellil (oiseaux de la nuit), source réputée pour les vertus de son eau, que nous devons retrouver les autres.
    Le camping-car passera la nuit dans un parking à Ksar Sghir.

    le Mokaddem nous donne les indications détaillées pour arriver sur Oued Rmel et de là à la source.

    On avance de colline en colline et au dernier col nous avons la récompense de tous nos efforts de la journée : une vue imprenable sur la Méditerranée avec l'Espagne en face.
     
    Je suis en tête avec mon cheval et la première chose qui me traverse l'esprit à cet instant c'est : "D'une mer à l'autre à travers le Maroc..."
    J'avoue que je suis ému. Je continue à avancer et tout le monde crie en coeur " la mer, enfin la mer "

    Yann vient nous retrouver en voiture pour nous indiquer le chemin du bivouac, on l'avait dépassé de 2.5 km !

    Demi tour rapide et après 3/4 d'heure, nous trouvons notre bivouac.
    Personne n'ose dire à l'autre que c'était la dernière étape dans cette belle montagne...
    Mais je suis sur que cette pensée est dans la tête de tous.
    La matinée de demain sera réservée au transfert des chevaux et à leur embarquement dans les camions.

    Momo nous a réservé une grande surprise à l'arrivée de notre magnifique randonnée cheval : Un méchoui pour le dernier dîner en bivouac.
    C'est la fête du dernier jour, tous ensemble, avec les cavaliers qui ont rejoint la Djebelya Grand Raid le 18 juillet dernier....

    votre commentaire
  • Vendredi 22 juillet - Mounir et son cheval au départ de Oued Martil vers Khemiss Anjar    Vendredi 22 juillet - départ d'Arnaud en VTT

    Compte-rendu de la journée par Mounir...

    "Un cheval (poney) a été ramené dans la nuit pour permettre à Eloise de continuer sa Rando.
    Arnaud a troqué son cheval contre son vtt pour permettre à Jean-Charles de continuer la rando, son cheval Hajjaj restant au repos par mesure de sécurité.
    Solange décide de continuer en Treck. Elle se luxe la cheville en cours de route. Plâtrée, sa rando est finie.
    Lottie tombe dans un passage difficile. Elle tient bon et son mental reste très solide. Elle continue à progresser.
    L'étape est très longue. La caravane doit trouver le lieu du bivouac et nous en informer.
    On apprend une excellente nouvelle pendant la pause : les parents de Salma viennent bivouaquer avec nous et nous régaler d'un couscous géant ramené de Casablanca!
    La perspective de ce dîner royal aide tout le monde à tenir malgré la fatigue.
    Arnaud en VTT ferme la file des cavaliers qui doivent descendre souvent de cheval à cause du terrain difficile. Son vélo est souvent sur ses épaules pour les mêmes raisons !
    La beauté des paysage et du splendide lac qu'on a longé est définitivement gravée dans la tête de tous.
    Tout le monde est subjugué et ce n'est pas exagéré. Arrivée au bivouac à 20h.
    Longue journée chargée d'émotions pour tous mais un super dîner nous attend dans un tres beau bois.

    Voili voilou un très très bref résumé de cette belle étape."

    Côté caravane...

    Départ des cavaliers ce matin vers 10h30. Arnaud a troqué sa monture d'hier pour son VTT. Quant à Mounir, il poursuit son treck montagne et continue de promener son cheval...

    L'équipe Redbull a monté l'Arche qui marque le départ d'une belle et chaude journée de randonnée.

    Parmi ceux qui ne font pas la rando équestre, certains décident d'aller marcher dans la forêt, d'autres comme Isabelle et Yann vont sur Tetouan pour actualiser le Carnet de bord et remonter des photos sur facebook. Nous apprenons que Solange a dû aller avec Dominique à Tetouan pour y être platrée : à cheval, elle est entrée dans l'oued où sa monture a décidé de se baigner en se couchant sur le côté, Solange dessus ! La troupe se retrouve plus tard dans l'après-midi à la station de notre partenaire Petrom à la sortie de Tetouan.

    Pendant que chacun vaque à ses occupations, Mustapha cherche un bivouac pour le soir. Il le trouve à 3 km de Khemiss Anjar et c'est le point de chute pour tous, cavaliers et amis motorisés.

    Il est 20h00 et la gendarmerie nous rejoint. Ils font la relation avec nos cavaliers pour les aider à nous localiser...

    Pilotés par le Mokaddem et en liaison avec les gendarmes, motivés par le ksouksou qui les attend, les cavaliers finissent par apparaître, montures à la main.  Direction l'oued pour abreuver les bêtes, excepté Arnaud qui porte la sienne (vtt) sur l'épaule !

     

     

     

     


    votre commentaire


    Suivre le flux RSS des articles de cette rubrique
    Suivre le flux RSS des commentaires de cette rubrique